INCIDENCE DE L’UTILISATION PERSISTANTE D’ANTALGIQUES OPIOÏDES APRES UNE CHIRURGIE DANS UNE POPULATION ADULTE

L’objectif de cette étude américaine, réalisée à partir d’une importante base de données de remboursements, était d’estimer l’incidence de l’utilisation persistante d’antalgiques opioïdes, 90 jours après une chirurgie, à partir d’une cohorte de patients adultes de 18 à 64 ans, naïfs de traitement antalgique opioïde qui  (1) avaient bénéficié d’une chirurgie (13 procédures ont été sélectionnées : 5 majeures et 8 mineures) entre 2013 et 2014 et (2) avaient bénéficié d’au moins une délivrance d’antalgiques opioïdes dans la période péri-chirurgicale (allant du mois qui a précédé la chirurgie jusqu’à 2 semaines après la chirurgie). Un groupe de 492 177 adultes qui n’ont pas été opérés au cours de la même période a servi de groupe témoin en leur attribuant une date fictive et aléatoire de chirurgie.

Entre 2013 et 2014, 36 177 patients chirurgicaux ont été inclus (âge moyen : 45 ans, sexe féminin : 66%), 80,3 % avec une intervention mineure et 19,7 % avec une intervention majeure. L’incidence de l’utilisation persistante d’antalgique opioïdes était semblable dans les 2 groupes de chirurgie, 5,9 % dans le groupe de chirurgie mineure vs. 6,5 % dans le groupe chirurgie majeure (OR=1.12 ; IC 95 %, 1.01-1.24), alors que l’incidence dans le groupe témoin non-chirurgical était seulement de 0.4%. Chez les patients opérés, cette incidence variait entre 4.5% et 9.9% en fonction du type de chirurgie. Les facteurs de risque associés à l’utilisation persistante d’antalgique opioïdes étaient le tabagisme, les troubles liés à l’utilisation de substances illicites et à l’utilisation de l’alcool, les comorbidités médicales, l’anxiété, la dépression et les pathologies douloureuses préexistantes.

En conclusion, les auteurs suggèrent que l’usage persistant d’antalgiques opioïdes après une chirurgie n’est pas exclusivement dû à la douleur post-opératoire, soulignant également le rôle substantiel des facteurs individuels associés. Finalement, l’utilisation prolongée d’antalgiques opioïdes pourrait être considérée comme une des complications postopératoires les plus fréquentes.

 

Brummett CM et al. New Persistent Opioid Use After Minor and Major Surgical Procedures in US Adults. JAMA Surg. 2017 Jun 21;152(6):e170504.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28403427

http://jamanetwork.com/journals/jamasurgery/fullarticle/2618383