Regardez les entretiens de l'OFMA sur la chaîne YouTube de l’OFMA 18eme congrès national de la SFETD L'OFMA est partenaire de la semaine de la sécurité des patients. 26-30 novembre 2018 « Les médicaments antidouleurs à bon escient » Consultez et téléchargez le livret destiné aux professionnels de santé sur les antalgiques opioides: "Ce qu'il faut savoir, ce qu'il faut faire" Forum OFMA/SFETD « Pharmacosurveillance et bon usage des antalgiques »  Téléchargez les actes des 23èmes rencontres du RESPADD

Les douleurs nociplastiques ne sont pas des douleurs imaginaires.

Plus de 4,2 millions de Français souffrent de douleurs invisibles aux examens. IRM, scanner, radio, rien n’apparaît et pourtant ce ne sont pas des malades imaginaires dit au journal le Parisien le professeur Serge Perrot, président de la SFETD et rhumatologue à l’hôpital Cochin à Paris, qui explique qu’une nouvelle catégorie de douleurs vient d’être reconnue par l’association internationale d’étude spécialisée sur le sujet (IASP) : les douleurs nociplastiques.

Cet article du Parisien d’Elsa Mari donne les définitions des principales douleurs nociplastiques :

Algie vasculaire de la face –  Elle se caractérise par une douleur localisée autour de l’œil, irradiant tout un côté du visage et parfois même jusqu’à l’épaule. Les douleurs sont comparées à des brûlures. Affection rare (prévalence autour de 0,5 %) et mal connue, elle touche plutôt des hommes jeunes. Le retard de diagnostic moyen est de dix à quinze ans.

Glossodynie (syndrome de la bouche brûlante) –  La douleur de la glossodynie se situe surtout sur la pointe ou les bords de la langue et touche essentiellement les femmes ménopausées. Il n’existe aucun test diagnostique spécifique du syndrome de la bouche brûlante. Celui-ci concernerait 1 % de la population.

Le syndrome de l’intestin irritable –  Il s’agit d’un trouble digestif qui se caractérise par des malaises ou des sensations douloureuses au ventre. Ces malaises sont associés à la modification de la vitesse de passage des aliments dans le côlon. Ce syndrome toucherait de 10 % à 20 % de la population des pays occidentaux, surtout des femmes.

La fibromyalgie –  C’est un syndrome caractérisé par des douleurs diffuses dans tout le corps, associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil. Les médecins ne parvenant pas à détecter de lésion ni d’inflammation permettant d’expliquer ces symptômes invalidants, la fibromyalgie reste mal comprise. On estime qu’environ 2 % de la population en est atteinte.

Algodystrophie – Elle est appelée aussi syndrome douloureux régional complexe (SDRC) et est caractérisée par une douleur continue d’une région du corps à l’extrémité d’un membre. La douleur ne correspond pas à un territoire neurologique circonscrit, c’est pourquoi elle intrigue les médecins. Elle s’associe à d’autres manifestations telles des œdèmes, une sudation excessive… On estime à 15 000 le nombre de malades. »

Lire l’article dans son intégralité ici (extrait d’un article du Parisien du 15/10/2018)