SEULEMENT 14% DE PATIENTS CONNAISSENT LE RISQUE DE TOXICITÉ HÉPATIQUE DU PARACÉTAMOL

OFMA - Paracetamol

819 patients ont participé à une étude visant à mesurer la prévalence des patients en risque potentiel de surdosage involontaire. Cette étude a été menée par le Centre Régional de Pharmacovigilance et le Département de Médecine Générale de Nancy. Parmi les 819 patients ayant répondu, 20,3% étaient à risque de surdosage potentiel. Majoritairement, ces patients étaient âgées de plus de 55 ans ou appartenaient aux catégories socio-professionnelles des inactifs et ouvriers. La toxicité hépatique du paracétamol lors d’un surdosage semble particulièrement mal connue. Le risque hépatique était connu par seulement 13,8% des patients et 37,5% n’associaient pas des complications graves et irréversibles  à un surdosage. Enfin, un tiers des patients ne pensait pas que  la consommation d’alcool augmentait la toxicité du paracétamol. La prévalence en population générale des patients à risque potentiel de surdosage involontaire a été estimée entre 1 à 2%. Une bonne connaissance des effets indésirables du paracétamol semble être un facteur de protection du risque de surdosage. Cette étude doit renforcer le rôle du pharmacien comme dispensateur unique du paracétamol. Cela permet de communiquer au patient une information de qualité promouvant le bon usage de ce médicament et la prévention des risques de surdosage.

Consulter le document (pdf)