Une solution thérapeutique à la crise des antidouleurs opioïdes ?

C’est ce que des chercheurs américains et japonais semblent avoir découvert…

Le mésusage de prescription d’opioïdes, la dépendance aux opioïdes et le surdosage, à l’origine de la crise des opioïdes aux USA et potentiellement dans d’autres pays, dont la France, mettent en évidence le besoin urgent de développer des médicaments efficaces et sans dépendance pour le traitement des douleurs chroniques et intenses. Depuis plusieurs décennies le mécanisme d’action des opioïdes est bien connu, et implique des protéines appelées récepteurs Mu (MOP), dont leur activation par les opioïdes procurent un soulagement très efficace de la douleur. Cependant, les effets indésirables graves, incluant la dépression respiratoire, la tolérance, l’hyperalgie (augmentation de la perception douloureuse) et la dépendance, limitent l’utilisation des opioïdes chez le patient. Les médecins et soignants se retrouvent donc dans une impasse thérapeutique.

Pour répondre à cette problématique, de nombreuses équipes des recherches dans le monde, y compris en France (avec l’Institut Analgesia entres autres), effectue des recherches pour découvrir un nouvel antalgique ayant la puissance de la morphine sans ses effets indésirables (le « graal » de tout pharmacologue). Une étude précédente chez l’animal a démontré que l’activation du récepteur NOP (nociceptin/orphanin FQ peptide) améliore l’effet antidouleur induit par les opioïdes sans produire d’effets indésirables. Suite à ces résultats prometteurs, les auteurs de l’étude ont mis au point un agoniste bifonctionnel MOP/NOP, appelé AT-121, qui permet d’activer de façon partielle à la fois les récepteurs MOP et NOP. L’évaluation chez le primate non humain de ce nouvel antalgique (AT-121) a montré des effets antalgiques puissants sans provoquer d’effet indésirables (hyperalgie, dépression respiratoire ou dépendance). Ainsi, ces résultats suggèrent que les agonistes bifonctionnels MOP/NOP avec un équilibre approprié peuvent fournir une double action thérapeutique pour un soulagement sûr et efficace de la douleur et le traitement de l’abus d’opioïdes.

 

Une prometteuse solution à la crise des opioïdes qui reste à être évaluée chez le patient…

N Kerckhove

Source : http://stm.sciencemag.org/content/10/456/eaar3483