Regardez les entretiens de l'OFMA sur la chaîne YouTube de l’OFMA 18eme congrès national de la SFETD L'OFMA est partenaire de la semaine de la sécurité des patients. 26-30 novembre 2018 « Les médicaments antidouleurs à bon escient » Consultez et téléchargez le livret destiné aux professionnels de santé sur les antalgiques opioides: "Ce qu'il faut savoir, ce qu'il faut faire" Forum OFMA/SFETD « Pharmacosurveillance et bon usage des antalgiques »  Téléchargez les actes des 23èmes rencontres du RESPADD

Ziconotide (PRIALT) : Option pharmacologique de dernier recours des douleurs chroniques sévères réfractaires

Le ziconotide est un antagoniste des canaux calciques de type N (ACCN), exclusivement destiné à l’usage intrarachidien et doit être administré en perfusion continue. Le ziconotide est indiqué pour le traitement des douleurs intenses, chroniques chez les adultes nécessitant une analgésie intrarachidienne.

Le traitement des douleurs chroniques intenses fait appel aux opioïdes forts et à des analgésiques non opioïdes dans le cadre des douleurs neuropathiques. La morphine par voie orale est administrée en première intention. En cas d’impossibilité d’utiliser la voie orale, ou en cas d’échec de la morphine par voie orale, il est recommandé d’effectuer un changement d’opioïde (rotation des opioïdes) ou de modifier la voie d’administration (voie injectable ou transdermique). En dernier recours, des traitements antalgiques plus spécifiques peuvent être proposés, incluant la neurostimulation. En cas d’échec de la neurostimulation, l’administration par voie intrathécale peut être envisagée. Les patients susceptibles d’être traités par cette voie sont donc ceux pour lesquels aucune alternative thérapeutique ne s’est révélée efficace. En effet, celle-ci doit rester exceptionnelle au regard des risques infectieux et complications locales à laquelle elle expose. En cas d’échec de la neurostimulation, l’administration par voie intrathécale peut être envisagée.

Compte tenu de l’efficacité du ziconotide, démontrée versus placebo à très court terme, et malgré l’absence de donnée d’efficacité disponibles au-delà de 3 semaines de traitement, le risque infectieux et neuropsychiatrique et la survenue de nombreux événements indésirables, la spécialité PRIALT, en monothérapie ou en association, reste une option thérapeutique de dernier recours dans le traitement des douleurs chroniques sévères et réfractaires aux autres traitements antalgiques, y compris à la morphine par voie intrathécale.

Le service médical rendu par PRIALT est faible dans le traitement des douleurs chroniques réfractaires aux autres traitements antalgiques y compris la morphine par voie intrathécale.

La Commission de la Transparence de la HAS considère que PRIALT n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans le traitement des douleurs chroniques réfractaires aux autres traitements antalgiques y compris la morphine par voie intrathécale.

Source HAS : https://webzine.has-sante.fr/portail/jcms/c_2835401/fr/prialt

Résumé des Caractéristiques du Produit :http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2018/20180115139889/anx_139889_fr.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source image :http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)60354-6/fulltext